==============================================================================
Le Mexique est un pays dont j'ai fait la connaissance en 1995, par hasard. Et depuis, je suis resté coincé.
Alors, je ne saurais trop vous recommander d'éviter cet endroit maudit.
Ce blog regroupe mes voyages depuis 2010 et, entre deux, je vous parle majoritairement de la même chose ;-).
•-> Jan 2011 -> Jan 2012 -> Jan 2013 -> Jan 2014 -> Mai 2014 -> Jan 2015 -> Nov 2016
==============================================================================
En ce moment, je suis : en France - au Mexique - Ailleurs
=========================================================================

vendredi 11 avril 2014

Les amants de Chichén - Chapitre 4


Leur amour n'avait plus qu'une année à vivre, à l'instar de Nikte-Ha qui venait de fêter ses quinze ans.

Cette Quinceañera (fête des 15 ans) avait marqué les esprits par son faste et la connaissance que chacun avait du devenir de la petite.
Pour son prochain anniversaire, elle recevrait la mort en cadeau, par noyade dans le profond Cenote Sagrado.

Iktan n'avait pas été invité.

Sans jamais en parler ouvertement, le tout-Chichén se doutait qu'un sentiment l'unissait à Nikte-Ha et que ceci ne présageait rien de bon.

Iktan avait assisté de loin aux festivités. La tête sur les genoux, il n'avait pas quitté des yeux la silhouette rondouillarde de son aimée qui circulait de table en table, trinquant joyeusement avec les convives et renversant à grands coups de gosier le sang du maguey sans lequel la fête se serait pas aussi folle.

Iktan savait que Nikte-Ha faisait semblant et il avait raison. Personne ne devait se douter. C'était leur seule chance.

Alors Nikte-Ha jouait les insouciantes en riant à gorge d'employée au sein de la foule emplumée qui venait se repaître des derniers instants d'une de leurs semblables.

Puis le son jusque-là discret des tambours se fit plus insistant, la foule cessa son brouhaha et les corps imbibés de pulque s'animèrent flegmatiquement d'un mouvement uniforme.


Les femmes furent invitées à regagner leurs pénates à grand coup de pieds occultes.
Nikte-Ha resta seule sur l'estrade dominant la houle de la foule et entama une lente danse du ventre avec comme seul vêtement la lancinance des tambours en peau de kep.

Iktan sentit son pagne se soulever sous l'impétuosité de son jeune birich', mais l'heure n'était pas à la gaudriole. Son cerveau en ébullition bâtissait le plan qui allait priver Chaac de son tribut, et leur marge de manœuvre serait étroite, pour ne pas dire inexistante.

Alors Iktan regardait sa bien-aimée offerte aux regards con cul pissants des danseurs avinés et son désir refréné nourrissait ses neurones juvéniles.


A suivre