==============================================================================
Le Mexique est un pays dont j'ai fait la connaissance en 1995, par hasard. Et depuis, je suis resté coincé.
Alors, je ne saurais trop vous recommander d'éviter cet endroit maudit.
Ce blog regroupe mes voyages depuis 2010 et, entre deux, je vous parle majoritairement de la même chose ;-).
•-> Jan 2011 -> Jan 2012 -> Jan 2013 -> Jan 2014 -> Mai 2014 -> Jan 2015 -> Nov 2016
==============================================================================
En ce moment, je suis : en France - au Mexique - Ailleurs
=========================================================================

jeudi 30 mars 2017

Joyería y arqueología

A Oaxaca de Juárez, capitale de l'état mexicain du même nom, vivent Emmanuelle et Harry, que j'ai eu le plaisir de croiser il y a quelques années.
Harry m'honora de ses vastes connaissances archéologiques en me guidant à Yagul et Mitla, vestiges zapotèques du coin (coin).

Tombe souterraine de Yagul
Pendant nos vadrouillages, Emmanuelle peaufinait sa grossesse et ses bijoux en argent.
Je lui passe le micro pour vous conter leur aventure :

"Lorsque nous avons pris la décision de nous marier, je ne souhaitais pas avoir de bague tape à l’œil, ni d’un anneau tout simple. 
Ce que je désirais avant tout, c’était une bague qui me rappelle notre histoire commune, la raison pour laquelle nous avions décidé de passer le reste de notre vie ensemble.

Il y a de cela quelques années, nous avons participé à un chantier de fouilles archéologiques d’une tombe ancienne, dans la jungle du Mexique. 
C’est ce moment là qui scella notre futur puisque nous tombâmes gravement malades (notre équipe de 4 personnes) quelques jours plus tard. 
Notre bénédiction dans ce malheur fut qu’un docteur spécialiste de l’histoplasmose se trouvait en exercice à ce moment là et qu’il sut détecter les premiers symptômes. 
Nous ne serions plus de ce monde sans ce docteur et croyez-moi que je bénis chaque jour de plus sur cette terre.

L’histoplasmose n’est rien d’autre que la célèbre malédiction de Toutankhamon
Notre maladie se trouvait dans les racines dégagées d’une tombe perdue et close depuis 900 ans dans la jungle au sud du Mexique, et je voulais rappeler ce symbole sur nos bagues.


J’ai élaboré et fabriqué à la main ma bague avec du fil d’argent et des petites billes rappelant les racines en décomposition ainsi que les micros spores mortels que nous avons respirés sans nous en rendre compte. 

Mon mari archéologue souhaitait quant à lui, un clin d’œil à Lord Carnarvon qui perdit malheureusement la vie après avoir découvert la tombe de Toutankhamon en 1923 en Egypte. 
Sa bague représente le cartouche de Toutankhamon."

Emmanuelle Guyon

Site 
Blog 

mercredi 29 mars 2017

Cinoche




"Au Mexique, un américain, dont l'épouse a été enlevée par un trafiquant, doit convoyer de la drogue pour le criminel s'il veut retrouver sa femme vivante."


Je n'attends pas grand chose de ce film, mais bon, tout ce qui touche au Mexique m'intéresse et, sait-on jamais, peut-être ai-je découvert une pépite ?

A noter les présences rassurantes voire incitatives de Rudy Youngblood, qui jouait Patte de Jaguar dans Apocalypto de Mel Gibson (salut Elena) et de Paulina Gaitan, premier rôle dans Sin Nombre (salut Améthyste).


Je vous en dirai plus quand je.

lundi 27 mars 2017

Je voulais pas

Non, je ne voulais pas me friter au petit monde de la pourritique,
mais ça devient quasi incontournable en cette période de pré-élections.

Si vous croyez encore aux valeurs de la Raie Publique,
à la grandeur de la Démocrachie,
passez votre chemin.

juste un petit bestof, pour détendre l'atmosphère : 








samedi 25 mars 2017

Voyage voyage


Et comme disait Robert Louis Stevenson :
L'important ce n'est pas la destination, mais le voyage en lui-même.

Pour celles qui ne pas, RL Stevenson a écrit l'Île au Trésor, et Dr Jekyll & M. Hyde, quand même.
En plus d'être Écossais et grand voyageur.

jeudi 23 mars 2017

Fête des Caries

Sant Medir, patron des dentistes barcelonais…
Nan, je plaisante.

La Sant Medir, festival le plus sucré de l’année, se tient début mars dans les quartiers de Gràcia et La Bordeta, à Barcelone.

Le butin
Voici comment ça c’est passé pour nous :

Ayant entendu parler de cette tradition, nous prenons un métro pour le centre de Gràcia, en suivant un programme strict, selon mon habitude, à base de « on avisera sur place, on demandera aux gens, on verra bien quand on y sera».

Une volée de marches pour sortir du métro, et on tombe en plein carnaval.
Devant nos oreilles ébahies défilent des batucadas variées, des cavaliers encostumés chevauchant de hautes cavales, des chars multicolores, des char à putes dorés, des carosses, une voiture de collection et un raton laveur.

Et tout ce petit monde arrose la foule de poignées de bonbons et sucreries diverses.





Certains petits spectateurs malins sont équipés d’un parapluie, qu’il brandissent à l’envers afin de collecter davantage de bonbecs.
L’ambiance est bon enfant, bruyante et colorée, les bonbons pleuvent.
Les généreux donateurs du défilé les jettent par poignées, plutôt en hauteur, en une douce parabole.
D’autres, des enfants principalement, les jettent à l’unité, avec force et en visant.
Je m’en suis pris un dans l’oeil, ça fait mal. Petits cons.



Bref, on déambule quelques temps dans les bonbons écrasés et le crottin de cheval, au long des ruelles du quartier.

Ça commence à puer sévère et les semelles de nos chaussures sont dans un état que je vous laisse deviner. 
Chaque pas demande un effort pour parvenir à se décoller les baskets de la chaussée gluante.


Contrairement aux chalands locaux qui cueillent leur butin à même le sol, je me contenterai de conserver à titre de souvenir, les friandises que j’ai pu attraper au vol (voire dans la gueule).

A Barcelone, il se passe toujours quelque chose, et c'est top !


Historique :
En gros, l’histoire raconte qu’un fermier du nom de Medir avait plus ou moins essayé de sauver un évêque poursuivi par les Romains. 
Ça n’avait pas trop marché, Medir et son évêque ayant été tués par leurs persécuteurs, mais bon, le brave Medir a été canonisé Sant Medir, patron des paysans. Cétait au IVe siècle.
Pi après, beaucoup plus tard, au XIXe siècle, Josep Vidal y Granès, boulanger malade, priait très fort l'ami Medir pour la guérison de son mal. 
Ayant été exaucé, il instaura ce pèlerinage annuel avec distribution de sucreries.