==============================================================================
Le Mexique est un pays dont j'ai fait la connaissance en 1995, par hasard. Et depuis, je suis resté coincé.
Alors, je ne saurais trop vous recommander d'éviter cet endroit maudit.
Ce blog regroupe mes voyages depuis 2010 et, entre deux, je vous parle majoritairement de la même chose ;-).
•-> Jan 2011 -> Jan 2012 -> Jan 2013 -> Jan 2014 -> Mai 2014 -> Jan 2015 -> Nov 2016
==============================================================================

vendredi 27 janvier 2017

Tamal où ?


Au Museo de Culturas Populares, Coyoacán, México. ICI


"Hasta este recinto de la Ciudad de México llegarán tamaleros de Michoacán, Tlaxcala, Chiapas, Oaxaca, Guanajuato, así como de otros países como Chile, Colombia, Panamá, Honduras, Nicaragua y Bolivia."

La 25e feria du tamal a lieu à partir d'aujourd'hui jusqu'au jeudi 2 février.
7 petits jours pour se régaler et tout savoir sur le tamal et ses déclinaisons.
Lire


Si je l'avais su plus tôt, j'aurai certainement fait le déplacement exeuprès !
J'adore les tamales.

Tout savoir sur les tamales ICI

jeudi 26 janvier 2017

Et pendant ce temps-là, en France…

Le grand Barnum des zélections pestilentielles a commencé.

Nos pourritiques passent 50% de leur temps à ôter les pierres que les concurrents jettent dans leur jardin, et les autres 50% à mettre des pierres dans leur jardin à eux.

Et le reste du temps, ils construisent un programme solide pour le plus grand bien des Français.


Michelada


Spécialité typiquement mexicaine, réputée pour guérir la cruda (gueule de bois).
Son nom vient de "mi chela helada", qui signifie "ma bière fraîche".
Basiquement, c'est de la bière additionnée de sel, de piment et de sauces diverses.
Les recettes sont multiples, selon les régions et l'humeur du barman.

Recette de base :

  1. Pressez le citron. 
  2. Humecter le rebord du verre avec l'écorce du citron et trempez-le dans un mélange sel-piment de cayenne. 
  3. Verser le jus de citron, le Tabasco et la sauce Worcestershire dans un verre contenant des glaçons.
  4. Mélangez éventuellement avec le Clamato.
  5. Complétez avec la bière bien fraîche. 
  6. Verser directement dans l'évier, parce que, entre nous, ça ferait dégueuler un chien.

mardi 24 janvier 2017

UBER m'a niqué

UBER, vous savez, les taxis qui n'en sont pas ?

Voici comment s'est passée ma première expérience UBER.
Nous décidons d'aller à Coyoacán, quartier sympa de México, réputé pour sa fontaine des Coyotes, dont il tire son nom.


Le UBER se pointe bien à l'heure, dans son auto toute propre, et c'est parti pour le centre de Coyoacán, quartier où les tacos du Güerro nous attendent.
C'est la première fois que nous testons UBER, alors on est tout joyce.

Et pis au bout d'un moment, je trouve qu'on vadrouille en des périphéries que je ne connais point. M'en ouvrant au choffer, il m'explique avec ce sourire béat et ces yeux pleins d'innocence que je connais bien, qu'il nous emmène au Centro Coyoacán, un centre commercial qui n'a rien à voir avec notre destination.


Alors bon, on se dit que peut-être c'est de notre faute, con s'est mal exprimationnés, et donc j'explique avec toute la précision dont je suis capable, que le centre de Coyoacán est constitué d'un jardin, dans lequel se trouve la fameuse Fontaine des Coyotes, certainement la plus célèbre fontaine de la ville de México, voyez-vous Señor Choffer ?

Aussi sec, il nous informe que sa compréhension est de nous emporter vers la Calzada del Huesos (dont nous venons) et où se trouve une réplique de la fameuse Fontaine des Coyotes de Coyoacán. Comme je connais cette autre fontaine de Coyotes, je commence à me douter d'une embrouille en formation, et lui précise que la Fontaine des Coyotes de Coyoacán où nous désirons nous rendre se trouve en plein centre de Coyoacán.
Embrouille confirmée 30 minutes plus tard, lorsqu'il prétend nous poser sur une vague colline devant un vague parc genre terrain-vague, et qu'il nous dit : voici le Parc des Coyotes.


Le plus dur dans ces cas, c'est de rester serein.
A ce jeu-là, vous ne battrez jamais un Mexicain...
Alors, sans en venir aux mains, je lui emprunte-s'il-vous-plaît son GPS de UBER et en 12 secondes, je lui ai indiqué notre destination sur l'écran.
25 minutes plus tard,  nous y sommes.
Le prix annoncé (et acheté) de la course a subi subrepticement les augmentations inhérentes à son UBERarnaque (je ne peux pas croire que nous sommes tombés sur le seul UBERchoffer de México qui ne connaissait pas la Fontaine des Coyotes de Coyoacán).



Le montant aura été doublé sans notre accord.
Mais ça, nous ne l'avons su que lorsque les relevés bancaires ont été disponibles.

A sa place, j'aurais multiplié par 1000, hein ?

Lire aussi ICI