Le Mexique est un pays dont j'ai fait la connaissance en 1995, par hasard. Et depuis, je suis resté coincé. Ce blog est CopyLeft. Toute reproduction, copie, diffusion, par quelque moyen que ce soit, avec ou sans le consentement de l’auteur, est non seulement autorisée, mais fortement encouragée.


samedi 21 janvier 2012

Vous faire tentaculer ?

Chaque fois que je sors de México (ou rentre, c'est selon), je suis toujours stupéfait de voir cette ville tentaculaire monter à l'assaut des collines environnantes, inéluctablement.

Au fil du temps, les cabanes deviennent masures, puis maisons, et un jour arrive l'électricité, l'eau (non potable), le goudron...
 



mercredi 18 janvier 2012

Frankfurt

A l'aéroport, j'ai pas mal de temps libre...
Pour la connexion Lyon, j'avais le choix entre 45 mn et 6 heures de battement.
L'année passé, j'avais choisi la première option et avais loupé mon avion.

Alors cette année, je me la joue relax, mejor esperar que corrir, n'est-ce pas ?

Je rejoins donc la salle d'embarquement, avec la ferme idée de bouquiner, faire deux-trois grilles de Sudoku, boire un coup, casser une croûte et faire la sieste, ça devrait m'occuper un bon moment.

Alors tout bien je passe les contrôles sans aucun souci, même pas je sonne sous le portique.

Et pis me vient une idée.
Il se trouve que j'ai perdu mon iPod Nano 16 Gb il y a quelques jours à México.
Je me dis donc comme ça : je vais illico m'en acheter un neuf et décharger la musique que je détiens sur l'ordi, ça m'occupera un moment et me fera de la musique pour le vol Frankfurt-Lyon.

Mais dans la zone d'embarquement, il y a bien des boutiques Duty Free, mais aucune ne propose cet outil.

Alors je ressors de la zone, et trouve une boutique Lufthansa qui est d'accord pour me vendre ce que je désire acheter.

Seulement après, il me faut re-entrer dans la zone et subir les mêmes contrôles que la première fois...
Déjà à l'entrée, lorsque la Fraulein scanne ma boarding pass, ça sonne bizarre et elle me dit que je suis déjà à l'intérieur.
Je lui explique que non, que je suis sorti pour faire du shopping, mais que si je suis dehors, c'est que je ne suis pas dedans, voyez-vous ?
Bref, ça passe quand même.

Au scan des bagages, c'est la même équipe qui est en place et l'on me reconnaît avec surprise.
Re-explication, je suis même obligé de montrer l'objet du délit : mon iPod dans son emballage tout neuf.
Bon ça passe quand même, mais pas mon sacado.
Obligé de tout ouvrir et étaler sur le comptoir avant de remballer.
Il se trouve que j'ai acheté pour des amis une fausse bouteille de tequila en métal pleine de bonbons fourrés à la tequila.
Le mec croyait que c'était une vraie bouteille alors il était prêt à la confisquer.

Bon finalement, me voici installé, mon iPod est en charge et j'ai trouvé une connexion 30mn gratuites.

Caisse vous voulez-t-il de mejor ?

mardi 17 janvier 2012

Hacienda de Cortés

A Cuernavaca se trouve l'hacienda de Hernán Cortés.
A moitié en ruine, à moitié tranformé en hôtel de luxe, ça reste un endroit fort plaisant.

 

Dans cette même ville se trouve le Palais de Cortés, qui abrite de nos jours le Museo Regional Cuauhnahuac.
Musée intéressant mais on est lundi et c'est fermé le lundi.
M'en fous, j'y suis déjà tété.

lundi 16 janvier 2012

Teotihuacán

Le samedi, c'est pas forcément le bon jour pour aller visiter Le Lieu où furent créés les Dieux.

Trop de monde, les deux pyramides étaient couvertes de petites silhouettes chamarées, alors je me suis appliqué à me trouver aux endroits délaissés, voire ignorés de la masse.

Je reviendrais plus tard en détail sur ce chouette site, mais en attendant voici un aperçu de ce qui vous attend :

Petite prière à Quetzalcoátl
Fresque du Puma, découverte en 1963
Alors cézigue, fallait le voir !
Si vous vous intéressez à l'actu Mexicaine,
clickez le journal, vous ne serez pas déçus...
Jeu de caméras amusant à l'expo temporaire sur Tlaloc.

dimanche 15 janvier 2012

Zocalo, 14 janvier 2012

Le grand drapeau du Zócalo (Plaza de la Constitución), on le descend le soir, par tous les temps.
Sous la pluie et dans le vent, c'est assez sportif.
Car c'est le temps qu'il faisait ce soir, et en plus : pas chaud !

Les pauvres petits soldats militaires de l'armée, ils ont eu bien du mal.