==============================================================================
Le Mexique est un pays dont j'ai fait la connaissance en 1995, par hasard. Et depuis, je suis resté coincé.
Alors, je ne saurais trop vous recommander d'éviter cet endroit maudit.
Ce blog regroupe mes voyages depuis 2010 et, entre deux, je vous parle majoritairement de la même chose ;-).
•-> Jan 2011 -> Jan 2012 -> Jan 2013 -> Jan 2014 -> Mai 2014 -> Jan 2015 -> Nov 2016
==============================================================================
En ce moment, je suis : en France - au Mexique - Ailleurs
=========================================================================

jeudi 5 juin 2014

EZLN


L'EZLN, c'est l'Armée Zapatiste de Libération Nationale, groupe révolutionnaire créé en 1983. 
Le nom a été choisi en l'honneur du célèbre révolutionnaire Emiliano Zapata, 
afin de souligner la continuité avec les luttes de l'époque de la Révolution mexicaine.

Cette "armée" a ceci de particulier qu'elle prône le pacifisme, 
malgré ses armes et ses uniformes.


Son objectif avoué est de faire reconnaître aux communautés Mayas du coin (coin)
le droit à l'autogestion au lieu d'être cantonnées dans des "réserves".


L'EZLN a fait son apparition sur la scène médiatique internationale en janvier 1994, 
aux cris de ¡ YA BASTA ! (Yannamarre).
Plusieurs centaines d'indigènes (on ne dit pas "indiens", c'est péjoratif) encagoulés et armés 
sont descendus des montagnes et ont occupé 8 villes du Chiapas, ouverture des prisons et tout et tout.
Le but du jeu était surtout de démontrer l'ampleur de la révolte et de son organisation militaire 
plutôt que de prendre le contrôle des institutions chiapanèques.


L'action de l'EZLN est pacifiste, ce qui motive l'armée fédérale, dont la réaction disproportionnée 
fait plus de 100 morts et encore plus de prisonniers.

Les Zapatistes se réfugient dans la forêt Lacandone et la résistance s'organise.
La guerilla prendra officiellement fin en 1996, avec les Accords de San Andrés, reconnaissant 
le droit à l'autodétermination des indigènes (on ne dit pas « indiens », c'est péjoratif), 
et la réforme du système juridique.


Ces accords ne seront évidemment pas respectés et la "guerre de basse intensité" 
continue de nos jours.
Des groupes paramilitaires formés et armés par le pouvoir en place continuent leur raids 
contre les Zapatistes.


Jusqu'à la semaine passée, son leader était le Subcomandante Marcos.