==============================================================================
Le Mexique est un pays dont j'ai fait la connaissance en 1995, par hasard. Et depuis, je suis resté coincé.
Alors, je ne saurais trop vous recommander d'éviter cet endroit maudit.
Ce blog regroupe mes voyages depuis 2010 et, entre deux, je vous parle majoritairement de la même chose ;-).
•-> Jan 2011 -> Jan 2012 -> Jan 2013 -> Jan 2014 -> Mai 2014 -> Jan 2015 -> Nov 2016
==============================================================================
En ce moment, je suis : en France - au Mexique - Ailleurs
=========================================================================

mardi 22 octobre 2013

Cine : Chupacabra vs. the Alamo




Par hasard, je tombe sur ce film qui, hein, rien que le titre, hein, je ne pouvais pas louper ça, hein ?

Faut dire que le chupacabras, c'est pas rien : voir ICI pour vous rafraîchir la mémoire.

Pitch : 
"Au Texas, des cadavres de membres de cartels sont retrouvés mutilés. L'agent Carlos Seguin enquête et conclue rapidement qu'il s'agit de l'oeuvre des Chupacabras, bêtes légendaires en Amérique latine. C'est au sein de l'historique Fort Alamo qu'aura lieu l'affrontement ultime..."

Texas, Amérique Latine, cartels, fort Alamo : tout y est pour que je ne puisse pas trouver le repos avant d'avoir vu ce film.

Chupacabras à pattes palmées : le plus pire
Erik Estrada : le célèbre acteur de CHiPs dans les années 70
Arme ultime contre le chupacabras : le couteau électrique
Eh bien figurez-vous que je ne savais pas que ça pouvait exister, un tel nanar ! 
Je connais bien les films de série B, que je prends parfois plaisir à visionner pour le repos de l'esprit ou comme fond sonore pendant que je bosse.

Je connais aussi les films de série Z, souvent des arnaques basiques bénéficiant soit de pochettes de DVD racoleuses et complètement décalées par rapport au contenu, soit de marketing démesuré et à vocation assumée d'escroquerie pure et simple.

Caisse qu'il y a après Z ?
Peut-être qu'en piochant dans l'alphabet Grec, on pourrait qualifier les super-nanars de "série Omega" ?

Les trois premières minutes m'ont fait illusion, mais j'ai vite compris à quoi j'avais affaire.
Alors j'ai décidé de chausser mes lunettes de second degré, à tout hasard. 
Ça n'a pas marché.

Histoire hallucinante de n'importe nawak, effets spéciaux très spéciaux, décors et musique en rapport... 
Non, vraiment, je ne comprends pas la raison d'être de ce genre de chose.

Ne me demandez pas de vous raconter la fin : pas vue.