==============================================================================
Le Mexique est un pays dont j'ai fait la connaissance en 1995, par hasard. Et depuis, je suis resté coincé.
Alors, je ne saurais trop vous recommander d'éviter cet endroit maudit.
Ce blog regroupe mes voyages depuis 2010 et, entre deux, je vous parle majoritairement de la même chose ;-).
•-> Jan 2011 -> Jan 2012 -> Jan 2013 -> Jan 2014 -> Mai 2014 -> Jan 2015 -> Nov 2016
==============================================================================

mercredi 22 janvier 2014

Santa Muerte

"Le truc est qu'il s'agit d'un culte tellement "récent" et transformiste que les thèses de doctorat sur ce sujet sont encore en train d'être écrites ! C'est fou n'est-ce pas ?"
Elena Mazzetto, Docteur en Anthropologie, Ethnologie et Préhistoire, auprès de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne


Au Mexique est né un culte un peu zarbi : celui de la Santa Muerte, autrement nommée La Santísima, voire Doña Sebastiana, allez savoir porque…

Bien sûr, les Catholiques et autres sectes n'homologuent pas cette croyance, hein, faut les comprendre, et n'hésitent pas à la qualifier de culte satanique.
Même le gouvernement se fait tirer l'oreille pour accorder le statut de Religion Officielle.


Il faut dire que les fidèles de la Santa Muerte sont surtout des zorlalois et des narcos...
Certains n'hésitent pas à lui donner le grade de Sainte Patronne des narcotrafiquants, des criminels et des prostituées.
Au DF, son sanctuaire se trouve dans le quartier de Tepito, sans doute le plus mal famé de México. 
C'est ici que l'on aurait constaté les premières manifestations publiques de ce culte.


La visibilité de ce mouvement est assez récente.
Le culte de la Santa Muerte a végété pendant de nombreuses années, syncrétisant allègrement croyances préhispaniques et évangélisation colonialiste autant que violente.

Si l'on étudie le physique de La Santísima, on constate qu'elle pourrait bien être la fille cachée du squelette-roi de Xibalba (Inframonde) et de la Vierge de Guadalupe.


Depuis les années 1950, on a pu assister à une expansion de ce mouvement, généralement attribuée à l'accroissement de la pauvreté et de la délinquance. Tous ceux qui vivent la Mala Vida se sentent rejetés par la religion puritaine et officielle du pays, alors ils se retrouvent dans ce culte de la Santa Muerte.

Car l'humain a besoin d'une croyance, n'est-ce pas ?
Déjà le Père-Noël, c'est un signe avant-coureur.
Quand tout le monde aura compris que ce n'est pas Dieu qui a créé les Hommes mais l'inverse, hein...
Mais bon, je mets gares.


Je possède la ravissante statuette de la Santísima ci-dessus.
Elle est chargée de symboles, certains plus abscons que d'autres :
Un globe, des balances, une faux, un miroir, un billet de 10 dollars, un hibou, des pièces de monnaie, une rose (et un raton laveur).
Dans le socle, sous la statuette, sont incrustées des graines, de la poudre d'or et un couteau.


Vendredi passé, en se promenant dans México, nous avons vu tout plein de représentations de la Santa Muerte dans les rues du centre.
Généralement, la fête de la Santa Muerte est célébrée le 2 novembre (Toussaint), mais il semble que le 30 janvier (dans quelques jours) soit aussi une date importante.

Photo prise à deux pas du zócalo

Chanson/clip à la Santa Muerte : à pourrir de rire !


Blog de La Santa Muerte
ICI aussi