==============================================================================
Le Mexique est un pays dont j'ai fait la connaissance en 1995, par hasard. Et depuis, je suis resté coincé.
Alors, je ne saurais trop vous recommander d'éviter cet endroit maudit.
Ce blog regroupe mes voyages depuis 2010 et, entre deux, je vous parle majoritairement de la même chose ;-).
•-> Jan 2011 -> Jan 2012 -> Jan 2013 -> Jan 2014 -> Mai 2014 -> Jan 2015 -> Nov 2016
==============================================================================
En ce moment, je suis : en France - au Mexique - Ailleurs
=========================================================================

jeudi 23 janvier 2014

Mercados

A quelques encablures à l'est du Centro Historico de México DF se trouvent les impressionnants marchés de La Merced, Sonora et Mixcalco.
Impressionnants, parce que les trois se sont étendus jusqu'à ne faire plus qu'un, sans aucune limite discernable.
A l'extérieur du marché proprement dit, la vente continue dans la rue. De petites échoppes mobiles autant qu'illégales proposent des tas de saloperies à l'origine incertaine, tant vestimentaires qu'alimentaires...

450 tonnes de déchets sont produites chaque jour.

Ruelles, allées, passages couverts, venelles découvertes s'étendent sur une zone qui serait encore plus immense si elle était un tout petit plus étendue, formant un hallucinant réseau tentaculaire.

D'ailleurs si vous ne craignez pas de vous faire tentaculer, en remontant l'avenue Jesús María vers le nord, des douzaines (voire plus) de prostiputes sont exposées le long des échoppes, court-vêtues et d'âge parfois un peu moins que légal. Généralement de petite taille, ces personnes offrent leurs services pour une centaine de pesos (6 euros). C'est ce qu'on appelle une prestation à la portée de toutes les bourses.

J'ai remarqué à cette occasion que les peintures de guerre de ces demoiselles et celles des fliquettes sont identiques : forte épaisseur de fond de teint et rouge labial très contrasté, à l'instar du maquillage oculaire.
Seul l'uniforme permet de différencier les deux espèces.
Le sourire aussi, la fliquette étant beaucoup moins avenante.

Poulets achetant un nounours. 
Fliquette autorisée à verbaliser : c'est écrit dessus ! 
Un repère pour se sortir de ce dédale : la Torre LatinoAmericana.
Le Zócalo est à mi-chemin. 
Les marchés sont coupés de la rue par un fort grillage,
ce qui ne facilite pas la tâche des voiturabras.
Feuilles de bananiers. 
Ne font-elles pas envie, ces belles bananes ? 
Marché aux bonbons (ou aux guêpes, c'est selon).
Sous l'oeil bienveillant de notre nouvelle copine...
Lire aussi