==============================================================================
Le Mexique est un pays dont j'ai fait la connaissance en 1995, par hasard. Et depuis, je suis resté coincé.
Alors, je ne saurais trop vous recommander d'éviter cet endroit maudit.
Ce blog regroupe mes voyages depuis 2010 et, entre deux, je vous parle majoritairement de la même chose ;-).
•-> Jan 2011 -> Jan 2012 -> Jan 2013 -> Jan 2014 -> Mai 2014 -> Jan 2015 -> Nov 2016
==============================================================================
En ce moment, je suis : en France - au Mexique - Ailleurs
=========================================================================

samedi 10 octobre 2015

Sale temps pour les envahisseurs


1520 n'a pas été une bonne année pour les conquistadores.

Cortés et son gang ont pris une sacrée raclée et se sont fait bouter hors de Tenochtitlán-México durant la Noche Triste (en espagnol) ou Noche Victoriosa (en Aztèque).

Quasiment au même moment, une expédition espagnole en provenance de Cuba et composée de conquistadores, de soldats, de femmes, d'indiens alliés, de chevaux et de cochons, chemine à la rencontre de Cortés pour lui apporter vivres, munitions, renforts et nouvelles du pays.
L'expédition, d'une cinq-centaine de personnes, se fait serrer dans les environs de l'actuelle Puebla par une armée d'indiens Acolhuas, une tribu Aztec-friendly.


Tous ces pauvres gens seront embastillés dans des cellules sans fenêtre et engraissés pendant quelques mois, puis petit à petit sacrifiés de diverses manières, et canibalisés lors de banquets donnés en l'honneur de Huitzilopochtli, Tezcatlipoca et Quetzalcóatl.

  
Ci dessus, par ordre d'entrée en scène : Huitzilopochtli, Tezcatlipoca et Quetalcóatl
Hommes, femmes, enfants et chevaux subiront ce sort funeste alors que, bizarrement, les cochons seront uniquement sacrifiés et non consommés.
Ils étaient musulmans, les Aztèques, vous croyez ?

L'affaire que je viens de vous narrer (car je suis un narrant) s'est déroulé au lieu dit Zultepec Tecoaque, ce qui signifie fort pertinemment en Náhuatl "là où on les a mangés".


Les Acolhuas abandonnèrent leur cité peu de temps après, afin d'échapper à la colère de Cortés qui, ayant eu vent du massacre, était en route pour demander des comptes.

Dans la précipitations du départ, ils masquèrent à la va-vite les traces de leurs libations en enterrant les ossements.
Ce qui a permis aux archéologues du XXIe de les découvrir et de reconstituer l'histoire.

Pour en savoir plus : ICI ou ou