==============================================================================
Le Mexique est un pays dont j'ai fait la connaissance en 1995, par hasard. Et depuis, je suis resté coincé.
Alors, je ne saurais trop vous recommander d'éviter cet endroit maudit.
Ce blog regroupe mes voyages depuis 2010 et, entre deux, je vous parle majoritairement de la même chose ;-).
•-> Jan 2011 -> Jan 2012 -> Jan 2013 -> Jan 2014 -> Mai 2014 -> Jan 2015 -> Nov 2016
==============================================================================
En ce moment, je suis : en France - au Mexique - Ailleurs
=========================================================================

lundi 25 août 2014

Prismos basalticos

Avant les orgues basaltiques, et pour vous réjouir l'oreille pendant la lecture de l'article ci-dessous, voici une toccata pour orgue de Leon Boellmann :

Toccata

A moins de deux heures de México, entre Real del Monte et Pachuca, à deux pas de la presa (barrage) San Antonio, se trouvent les colonnes de Prismos Basalticos de Huasca de Ocampo.



Ce sont des orgues basaltiques de section carrée ou hexagonale, voire pentagonale, formées par le refroidissement de la lave d'il y a bien longtemps et arrosées par les divers fleuves et rivières qui alimentent le barrage.

On peut les admirer du haut depuis un petit promontoire touristique, ou du bas, en traversant la superbe Hacienda Santa María Regla (XVIIe), qui a servi de décors au film Zorro avec Antonio Banderas.

J'avais déjà vu ce type de formation basaltique en Irlande : The Giant's Causeway (la Chaussée des Géants).
Il paraît qu'il existe une autre formation basaltique comparable à Hawaï, mais il faut plonger.

Hacienda engloutie de la presa San Antonio
Hacienda Santa Maria Regla et son gorille gardien 
Traversée de l'hacienda et des siècles
Quelques centaines de mètres dans la jungle… 
…et arrivée au pied des orgues de basalte





C'est en décembre 2013 que je visitais ce coin (coin) avec Cuca et Pako.

Pour l'anecdote, nous y fûmes attaqués par un troupeau de deux oies, gardiennes de l'hacienda sus-mentionnée. 
C'est le patron du lieu (lieu) qui leur a sauvé la vie en agitant les bras, juste avant que je ne leur arrache la tête à coups de béquille.