==============================================================================
Le Mexique est un pays dont j'ai fait la connaissance en 1995, par hasard. Et depuis, je suis resté coincé.
Alors, je ne saurais trop vous recommander d'éviter cet endroit maudit.
Ce blog regroupe mes voyages depuis 2010 et, entre deux, je vous parle majoritairement de la même chose ;-).
•-> Jan 2011 -> Jan 2012 -> Jan 2013 -> Jan 2014 -> Mai 2014 -> Jan 2015 -> Nov 2016
==============================================================================
En ce moment, je suis : en France - au Mexique - Ailleurs
=========================================================================

mercredi 26 mars 2014

Bip Bip



Bip-Bip et Vil Coyote existent.
La preuve : je les ai rencontrés.

En Anglais, le dessin animé se nomme Road Runner and Wile E. Coyote.
Il a été créé en 1949 (quand même), inspiré d'une nouvelle de Mark Twain dans laquelle des coyotes chassent le géocoucou.
Car en Français, cet oiseau coureur se nomme géocoucou.

Originaire d'Amérique du Nord, Bip Bip se nomme au Mexique "correcamino".
Je l'ai rencontré dans le désert du Guanajuato.


Je l'ai vu s'amuser à faire la course avec notre camionette et il a gagné : 
Le correcamino, s'il ne peut guère voler, atteint facilement les 30 km/h à la course.

Dans le cartoon, son ennemi naturel est le coyote, ce qui n'est pas faux.
Mais le correcamino n'est pas une lopette, hein ? 
Les serpents à sonnette (crotales) n'ont qu'à bien se tenir, il en raffole.


Il arrive tout doucement derrière le serpent, appuie sur sa sonnette et file se cacher à toute vitesse.
Le crotale se retourne pour voir qui c'est qui sonne, reste étonné de ne trouver personne et Bip-Bip en profite pour l'assommer.
Mais ceci est anecdotique…


Sa technique habituelle est plus spectaculaire :
Cet oiseau survitaminé est encore plus rapide que le serpent. 
Il tourne autour du crotale jusqu'à ce que celui-ci attaque, d'une détente fulgurante. 
Bip Bip est encore plus fulgurant. 
Esquivant l'attaque, il chope illico le serpent derrière les oreilles et lui fracasse la tête contre le sol.

Son habileté à crever les crotales lui valait une solide réputation de courage chez les Amérindiens. 
Du coup, on se parait de ses plumes pour aller à la guerre et on mangeait sa chair pour absorber son courage.