==============================================================================
Le Mexique est un pays dont j'ai fait la connaissance en 1995, par hasard. Et depuis, je suis resté coincé.
Alors, je ne saurais trop vous recommander d'éviter cet endroit maudit.
Ce blog regroupe mes voyages depuis 2010 et, entre deux, je vous parle majoritairement de la même chose ;-).
•-> Jan 2011 -> Jan 2012 -> Jan 2013 -> Jan 2014 -> Mai 2014 -> Jan 2015 -> Nov 2016
==============================================================================
En ce moment, je suis : en France - au Mexique - Ailleurs
=========================================================================

lundi 3 mars 2014

A la recherche de Cortés

Il y a quelques années, je me suis intéressé au destin du sieur Hernán Cortés, vous savez, le chef du gang des Conquistadores.

Né en 1485 à Medellín en Espagne et mort à Séville en 1547, il a quand même soumis l'empire Aztèque en 1521, pour le compte de Charles Quint.

A 26 ans, il participe à la conquête de Cuba et s'y établit sur de grandes terres avec esclaves et tout et tout.
C'est à cette époque qu'il voit revenir les expéditions de Córdoba et de Grijalva qui sont allé explorer le Yucatán proche et en ont rapporté de l'or.


N'y tenant plus, et se trouvant en délicatesse avec le gouverneur Velásquez, il s'enfuit de Cuba avec une petite troupe répartie en 11 navires.


La conquête commence vraiment en avril 1519, lorsqu'il débarque à Veracruz (nom qu'il a lui même choisi pour une ville qu'il a lui-même créée).
En août 1521, l'affaire est pliée et les Aztèques vaincus.
Il ne lui aura pas fallu longtemps, hein ?


Ensuite, il continuera à chercher de l'or en direction du Honduras et de la Baja California. Dans l'ensemble, ses rêves de richesses ne seront pas comblés.

20 ans après avoir défait les Aztèques, il retourne en Espagne et ira se fourvoyer dans la désastreuse expédition de Charles Quint pour attaquer Alger. Il a 56 ans...

Il passera les dernières années de sa vie a essayer d'obtenir du roi les honneurs et mérites qu'il estimait lui revenir, mais zobi.
Francisco Pizzaro rapportait du Pérou de vrais trésors, occultant ainsi l'oeuvre de Cortés.
Il mourra à 62 ans, quasiment en disgrâce comme un pauvre pégreleux. De la dysenterie, ce qui n'est pas une belle mort.

Il y a eu en Espagne des billets à son effigie,
mais au Mexique point...

Tout ça pour vous dire que je m'étais mis à la recherche de sa tombe...


Et voici le résultat de mon enquête :

  • Inhumation dans une église de Seville (Espagne) en 1547.
  • Premier déménagement en 1550 pour raisons de réaménagement de l'église. 
  • En 1566, ses restes sont enfermés dans une urne et transférés au Mexique, en l'église San Francisco de Texcoco ou reposent déjà sa mère et une de ses filles.
  • En 1629, le dernier descendant masculin de la lignée Cortés fait transporter son arrière grand-père dans l'église franciscaine de Mexico où une niche dans le mur lui est attribuée.
  • En 1716, l'urne est changée de rangement, toujours dans la même église.
  • En 1794, l'urne est ouverte, son contenu vérifié. On y trouve les os dans un drap blanc et le crâne à part, dans un mouchoir blanc.
  • Puis l'urne est transférée à l'Hospital de Jesús, fondé par Cortés.
  • En 1823 le mouvement indépendantiste prétend détruire par le feu ces restes. Décision est prise par le ministre et le directeur de l'établissement, de protéger l'urne et le 15 septembre, celle-ci est sortie et dissimulée sous une estrade de l'hôpital, ou elle restera 13 ans.
  • En 1836, l’urne est placée anonymement dans une niche secrète pratiquée dans un des murs.
  • En 1946, des documents attestant de l’emplacement de cette sépulture sont découverts et des travaux d’excavation pratiqués. L’urne est rapidement mise au jour et confiée à la garde de l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire pour authentification. Ces travaux révèleront des traces d’abcès au niveau des incisives, des canines et des prémolaires ce qui nous apprendra que Cortés devait sacrément souffrir des dents… 
  • L’authentification s’étant révélée positive, les os sont tout bien rangés comme ils avaient été trouvés et l’urne remisée où elle avait été découverte.
  • Le 9 juillet 1947, l’urne est donc réinhumée dans un mur de l’hôpital Jesús et une plaque de bronze d’une grande sobriété est posée.


Plus simple, ya pas, hein ?
L’urne est en cristal et bois doré, marquée des armes de Cortés, enfermée dans une caisse de bois, elle même enfermée dans deux caisses de plomb, le tout enveloppée d’une étoffe de velours. Il ne craint plus de s’enrhumer, le conquistador !

Dernière photo officielle d'Hernán Cortés
Finalement, c'est dans une petite église (ou une grande chapelle) accolée à l'hôpital de Jesús que j'ai fini par rencontrer Cortés.

Aujourd'hui, les portes sont ouvertes...
Dernière étape à franchir : cette petite église (ou grande chapelle) est quasiment toujours fermée. Il faut en faire le siège, profiter d'une des rares ouvertures, filer tout droit jusqu'au fond, monter l'estrade de l'autel, lever les yeux, chercher sur la mur de gauche dans la pénombre... Cortés est là, niché dans sa petite niche, derrière une simple plaque format 1.26 x 0.85m, comportant ses armoiries et son nom : HERNAN CORTES 1485–1547.

Premier hôpital du continent Américain, fondé par Cortés en 1524 à Huitzilán,
lieu de sa rencontre avec Moctezuma.

Un site qui m'avait bien aidé dans ma quête : ICI